en général
le côté techique
l'histoire jusqu'ici
Le Pacco-test est un moniteur automatique pour "faire parler l’eau", un outil intelligent imaginé, construit et développé par un groupe de citoyens bricoleurs désireux d’en savoir plus sur l’eau qui les entoure.
Avec 5 sondes connectées à un micro-ordinateur monté sur une bouée, le Pacco-test mesure et enregistre les changements dans le plan d’eau où il est installé. A terme, il pourrait être programmé pour détecter les situations préoccupantes et lancer des alertes.
La publication des mesures dans une base de données à libre accès sur le web (http://data.paccotest.org) , permet à chacun de surveiller la qualité de l’eau des étangs et des cours d’eau en ville.
En cours de route, le projet a obtenu le soutien de scientifiques universitaires et diverses politiciens et administrations publiques.
L’outil est conçu pour être reproductible à faible coût.

 

contexte

C’est en observant nous-mêmes notre milieu que nous parviendrons à démystifier le travail des scientifiques. La compréhension mène à la connaissance, et c’est grâce à celle-ci que nous prendrons des décisions améliorant nos conditions de vie, que nous serons à même de signaler une pollution des eaux de surface de notre quartier ou de renseigner les scientifiques qui étudient la qualité de l’eau et ses changements.

 

fonctionnement

Le Pacco-test mesure et enregistre toutes les deux heures et de façon automatique, cinq paramètres physiques de l’eau grâce à cinq sondes connectées à un micro-ordinateur :

  • température (°C)

  • acidité (pH)

  • oxygène dissous (DO)

  • potentiel oxygène rédox (ORP)

  • conductivité

La machine transmet ensuite, deux fois par jour, les données mesurées pour alimenter une base de données consultable en ligne en accès libre (http://data.paccotest.org)

Ceci permet de visualiser et de comparer les différentes mesures Pacco-test prises à différents moments et endroits. Ainsi le Pacco-test peut être intéressant pour la recherche scientifique ou pour la compréhension de l’environnement.

En effet, un monitoring permanent de la qualité de l’eau permet d’observer des variations à court terme et de comprendre la dynamique du plan d’eau dans lequel le Pacco-test est placé.

 

De fil en aiguille que la machine « écoute l’eau », elle apprend à reconnaître les changements dans l’état physique de l’eau. Les mesures peuvent indiquer les situations qui dévient de la norme ou de la situation ‘normale’ du lieu observée. Le cas échéant, l’outil peut envoyer une alerte (sms ou e-mail) au(x) gestionnaire(s). Ainsi faisant, le Pacco-test peut signaler de façon anticipée les phénomènes (indésirables) et optimizeroptimiser la gestion du plan d’eau.

 

Le Pacco-test est conçu en open source et à partir de composantes les moins coûteuses possibles. Le manuel de construction est comme une recette à détourner librement. On espère que cela pourrait stimuler des citoyens dans différents quartiers de la ville à s’engager pour une meilleure qualité de l’eau, ou à s'intéresser au débat sur les open data, les nouvelles technologies et la gestion de l’environnement.

 

le  nom  Pacco dans Pacco-test

Bien que le nom Pacco dans Pacco-test signifie Ph, Aquatic oxidation potential, Conductivity, Celsius  et Oxygène rédox, il ressemble étrangement au nom de famille d’Antoine Pacco. Il est le chimiste à l’origine de cette initiative de science citoyenne.

 
ont contribué au Pacco-test:

Prototype 1.0 

Antoine Pacco, Guy Vanbelle, Annemie Maes, Carole Paleco, Kevin De Bondt, City Mine(d), Research in Brussels. Les premiers tests de l’interaction entre machine et public se sont effectués lors du Parcours Biodiversité du Museum des Sciences Naturelles (mai 2013) et le Village Scientifique de la Fête de l’Iris (mai 2014).

 

Prototype 2.0 

Le prototype a été réalisé en partie dans un Fablab* et avec l'informaticien Matthieu Melcot et l'électronicien Bob Motté. Il a été testé par des dizaines d'enfants lors du World Water Day 2015 et sur les plaines de jeux Eco-Shizzel de l'asbl Globelink, et il a accompagné une balade historico-touristique dans le centre-ville de Bruxelles autour du thème des points d'eau publics au cœur de la vallée de la Senne.

 

Prototype 3.0 

Le prototype a été réalisé par le studio Bagaar. La qualité des mesures a été testé comparativement lors de campagnes de mesures organisées par Natacha Brion de l'Université Libre de Bruxelles (ULB) et la Vrije Universiteit Brussel (VUB) puis côte-à-côte à la station FlowBru, outil professionnel de mesure de Bruxelles Environnement (IBGE). 

Depuis septembre 2016 un groupe dédié de Pacco-pilotes suit les premiers pas de la machine dans le contexte réel des étangs Parc Léopold et Flagey lors du Pacco-lab.